Gérer ses déchets informatiques est rentable

Le secteur technologique s’adapte au développement durable : 63% des entreprises ont initié un programme « Green IT », selon l’enquête annuelle de la société de services informatiques Devoteam, qui a interrogé 270 organisations dans 22 pays.

On constate que ce sont majoritairement des grands groupes (à 82% pour les entreprises de plus de 10 000 salariés), les PME étant peu ou moins sensibles au sujet (44% des moins de 100 salariés ayant déjà œuvré sur le sujet).

Selon Claire Allain, qui a coordonné l’enquête, la question des déchets est cruciale car une meilleure gestion aurait des résultats immédiats. En effet, la durée de vie d’un téléphone mobile est de 2,5 ans et celle d’un ordinateur de 3,5 ans, cette durée relativement courte signifie que la phase de production représente jusqu’à 80% de l’empreinte écologique. En augmentant, la durée de vie, on parvient à accroître l’amortissement environnemental.

Mais il faut vaincre certaines idées reçues – certaines entreprises pensent que cela coûte cher de traiter les déchets informatiques et qu’il n’y a pas de retour sur investissement – et mettre en place de vraies filières de récupération et de recyclage.

Actuellement, selon les données compilées par Devoteam, sur 24 kilos d’équipements mis sur le marché français en moyenne par habitant seuls six kilos sont traités correctement.