La dette locale chinoise explose

La Chine se plaît ces temps-ci à donner des conseils aux pays occidentaux au sujet de leurs finances publiques mais l’Empire du Milieu est confronté à une augmentation exceptionnelle de la dette des g

La Chine se plaît ces temps-ci à donner des conseils aux pays occidentaux au sujet de leurs finances publiques mais l’Empire du Milieu est confronté à une augmentation exceptionnelle de la dette des gouvernements locaux.

La dette locale a atteint 10,7 trillions de yuans fin 2010, soit une hausse de 8,9% par rapport à 2009 qui avait enregistré un bond de 61,9%. En 2007, le montant était de 4,9 trillions.

Sous l’impulsion du gouvernement central, les collectivités ont massivement investi dans les infrastructures à partir de 2008 pour faire face à la crise économique mondiale. Il s’agissait de soutenir l’économie locale alors que les exportations ne pouvaient que baisser.

Mais, comme le rappelle Lan Wang Simond, gérante senior chez Pictet, le montant de la dette locale représente environ quart du Produit intérieur brut (PIB) chinois, qui devrait se situer autour de 43 trillions cette année. « La question est de savoir si les projets sont rentables et si les gouvernements locaux pourront payer le cas échéant », explique-t-elle.

Elle souligne que les banques ont apporté 80% des fonds nécessaires avec une particularité : comme il n’existe que très peu d’emprunt à long terme en Chine, ce sont des financements à court terme qui ont été utilisés pour des infrastructures à maturité longue.

La dette publique chinoise au niveau de l’Etat central atteint 40% du PIB mais elle est en forte hausse. « Il faut une discipline pour empêcher un accroissement trop important et éviter de se retrouver dans une situation à la japonaise », résume Lan Wang Simond.