Le mystère du prix du pétrole

Le baril de pétrole se traite actuellement près de 100 dollars, ce qui suscite de nouveau des inquiétudes.

Le baril de pétrole se traite actuellement près de 100 dollars, ce qui suscite de nouveau des inquiétudes. Le P-DG de Total, Christophe de Margerie, vient de déclarer lors du Forum de Davos qu’« aller au-delà de 100 dollars aujourd'hui serait une erreur. » Telle semble être aussi l’opinion de certains pays producteurs qui ne veulent pas d’une envolée qui pourrait casser la reprise dans plusieurs régions.

Pourtant comme le relève Philippe Delienne, président de la société de gestion Convictions AM, le niveau actuel du baril peut surprendre alors que « la demande de pétrole est au-dessus du niveau de 2007. »

En 2007, la demande mondiale était d’environ 85 millions de barils par jour (mbj) et le cours du pétrole avait alors entamé une envolée qui l’avait porté à 147 dollars le baril en juillet 2008. Sur l’année 2008, début de la crise, la consommation avait subi sa première baisse depuis 1993 (-0,6%) et la production avait atteint 81,8 millions de mbj, selon le rapport annuel de BP sur l’énergie.

Or, la demande mondiale de pétrole est aujourd’hui orientée à la hausse. L'Agence internationale de l'énergie (AIE), qui représente les grands consommateurs, vient de relever ses prévisions pour 2010 et 2011 à respectivement 87,7 et 89,1 millions de mbj.

Tout est donc réuni pour que le prix du pétrole continue de monter. Si on raisonne en moyenne annuelle, le niveau était de 78 dollars en 2010 après 60 dollars en 2009. Il faut noter qu’avant la crise, les cours ont monté continûment, selon les données de l’Institut français du pétrole (IFP) : 40 dollars en 2004, 55 dollars en 2005, 65 dollars en 2006, 72 dollars en 2007 et 100 dollars en 2008.

Toutes les conditions sont donc réunies pour que le prix du pétrole augmente fortement dans les prochains mois et le mystère d’un baril à moins de 100 dollars alors que la demande croît sera vite résolu.

Dans une note publiée cette semaine, les analystes de Bank of America-Merrill Lynch estiment que le prix moyen du baril de Brent devrait être de 115 dollars en 2011 et de 130 dollars.

Ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’économie mondiale.