Les Hedge Funds toujours là

Au plus fort de la crise financière puis au début des turbulences sur les dettes souveraines en Europe, certains dirigeants politiques avaient vivement critiqué les Hedge Funds

Au plus fort de la crise financière puis au début des turbulences sur les dettes souveraines en Europe, certains dirigeants politiques avaient vivement critiqué les Hedge Funds, les rendant responsables des problèmes nés pour une bonne part dans les départements spécialisés de certaines banques d’investissement américaine. Ils avaient également annoncé de nouvelles régulations.

Ces régulations – visant directement les Hedge Funds comme la directive de la Commission européenne sur la gestion alternative ou pouvant avoir un impact comme la directive Solvency II qui doit limiter les investissements en actifs risqués des compagnies d’assurance – devraient entrer en vigueur dans les prochaines années.

En attendant, le secteur des Hedge Funds ne se porte pas si mal. En dépit de la crise, qui a balayé les structures les plus faibles, il reste encore 7.062 Hedge Funds contre 7.634 au sommet, selon une estimation publiée par Pictet Asset Management.

Pour Nicolas Campiche, responsable des investissements alternatifs chez Pictet, de nombreux fonds sont toujours dans un processus de liquidation. On y verra donc plus clair dans quelques trimestres.

Toujours est-il que, selon les derniers chiffres disponibles, 2010 a marqué un regain d’investissements (+42 milliards de dollars sur les neuf premiers mois) après deux années de retraits massifs.

Il faut toutefois noter que l’industrie se concentre et que les grands acteurs se renforcent. Sur le seul troisième trimestre, les souscriptions ont totalisé 19 milliards et les Hedge Funds gérant plus de 5 milliards (qui représentent 75% des actifs de l’industrie) ont capté plus de 14 milliards, laissant 2,79 milliards aux fonds gérant de 1 à 5 milliards. Soulignons que 52% des Hedge Funds gèrent moins de 100 millions.