Ventes à découvert : le Sénat prêt au « clash » avec Londres

La Commission des finances du Sénat souhaite que l'Union européenne adopte les mesures les plus strictes en matière de "ventes à découvert à nu",

La Commission des finances du Sénat souhaite que l'Union européenne adopte les mesures les plus strictes en matière de "ventes à découvert à nu", qui permettent à des opérateurs de marché de vendre à la baisse des titres financiers qu'ils ne possèdent pas. Les parlementaires français veulent interdire purement et simplement cette pratique, comme l'a décidé l'Allemagne.

"Le signal donné par l'Allemagne est un bon signal", juge Philippe Marini, rapporteur général de la commission des finances du Sénat, qui a présenté les amendements adoptés par ses collègues. Interrogé sur la possibilité d'imposer une telle mesure alors que le Royaume-Uni y est hostile, il estime que "l'Union européenne ne saurait définir ses références en fonction du marché qui a le moins de règles. S'il y a un problème avec la Grande-Bretagne, il faut aller au clash. Il faut tenir sur nos positions. Il faut être conscient des enjeux", explique-t-il.